Rameau et Graupner clavecinistes

La conférence présente l’œuvre de clavecin de Jean-Philippe Rameau (1683-1764) et la compare à celle de son exact contemporain allemand, Christoph Graupner (1683 – 1760). Ces deux musiciens ont été des clavecinistes virtuoses réputés à leur époque. Ils ont aussi en commun d’avoir écrit des préfaces à leurs importants livres de clavecin respectifs. Rameau et Graupner y développent un langage virtuose dans lequel la technique d’écriture est en totale concordance avec une nouvelle technique de jeu. Leur musique de clavecin comporte de surprenantes ressemblances et d’étonnantes similitudes de style. Le rapprochement évident entre Rameau et Graupner est traité ici pour la première fois par l’une des rares spécialistes mondiale de l’œuvre de clavecin de Graupner.

Description : La conférence présente un survol de l’œuvre de clavecin de Rameau et de Graupner, entièrement éditée de son vivant dans le cas de Rameau, et partiellement dans le cas de Graupner, mais tombée dans l’oubli depuis. Une attention particulière est portée aux préfaces des éditions de Rameau (Pièces de clavecin avec une méthode pour la méchanique des doigts, 1724 et Nouvelles Suites de Pièces de Clavecin, vers 1728) qui traitent des doigtés et de la technique de jeu, incluant des nouveautés, dont celles que Rameau dit lui être « particulières »: le roulement et la batterie. Ces préfaces de Rameau sont mises en regard de la préface des Partien auf das Clavier (Partitas pour le clavecin) de Graupner (1718) qui comporte d’évidentes ressemblances avec celles de Rameau.

La conférence est illustrée musicalement en présentant des œuvres de Rameau et de Graupner qui comportent des roulements et des batteries, de même que des similitudes de style ce qui permet d’entendre les nouveautés techniques décrites et de constater auditivement leurs ressemblances.


Conférence présentée par Geneviève Soly, claveciniste.

SOLY

Publié dans Conférences, sqrm | Commentaires fermés sur Rameau et Graupner clavecinistes

Appel de propositions d’articles pour Les Cahiers de la SQRM

Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) sont publiés deux fois par année par la SQRM afin de permettre à la Société de remplir son mandat en matière de recherche musicale

Les Cahiers lancent un appel de propositions d’article pour un volume à paraître à la fin de l’année 2017. Ce numéro athématique réunira des articles d’érudition portant sur de récentes recherches menées dans n’importe quel domaine relié à la musique : acoustique, audionumérique, archivistique, chanson, composition, droit, électroacoustique, esthétique, ethnomusicologie, interdisciplinarité artistique, interprétation, multimédia, musicologie historique et théorique, organologie, pédagogie, philosophie, recherche-création, sociologie, etc.

La revue est membre de la Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP) et elle est diffusée en format électronique depuis 2012 via la plateforme Érudit (un abonnement gratuit est fourni aux membres de la SQRM). Les articles jouissent d’une large diffusion en étant répertoriés dans le Répertoire international de littérature musicale (RILM) et dans Music Index.

Évaluation
Les articles sont soumis à un rigoureux processus d’évaluation et de relecture par un comité scientifique et des évaluateurs externes. Les critères d’évaluation portent sur la qualité scientifique de la recherche, sa contribution à l’avancement des connaissances, sa pertinence quant au mandat de la revue, ainsi que la qualité de la langue.

Propositions
Les auteurs (professeurs, étudiants ou chercheurs indépendants) intéressés à publier un article doivent informer le rédacteur en chef de la revue, Jean Boivin (Jean.Boivin@USherbrooke.ca), de leur intention en déposant une proposition d’ici le vendredi 24 février 2017. Les auteurs bénéficieront par la suite d’une période de trois mois pour rédiger le texte complet de leur article (d’une longueur maximale de 7 000 mots sans compter les figures, les tableaux, les exemples musicaux, les notes de bas de page et la liste des références).

Les propositions d’article doivent comprendre les éléments suivants :

  • un titre provisoire;
  • un texte d’une longueur maximale de 350 mots présentant le sujet de recherche, la problématique et les conclusions;
  • les coordonnées complètes de l’auteur.

Pour toute autre information, veuillez communiquer avec le rédacteur en chef, Jean Boivin, à cette adresse : Jean.Boivin@USherbrooke.ca

Publié dans Uncategorized | Commentaires fermés sur Appel de propositions d’articles pour Les Cahiers de la SQRM

Nominations aux Prix Opus

Nous avons le très grand plaisir d’annoncer que trois articles des Cahiers de la SQRM sont finalistes aux Prix Opus du Conseil québécois de la musique dans la catégorie « article de l’année »!

Il s’agit des articles suivants : 

« De l’ONF à Télé-Québec : Le parcours de Pierre F. Brault, compositeur de musique de film et de télévision », Alexis Perron-Brault, Les Cahiers de la SQRM, Volume 15, numéro 2,  automne 2014, p. 9-21

« ECM+ Génération2014 : Pistes de réflexion sur la notion de style chez les compositeurs de la relève canadienne », Symon Henry, Les Cahiers de la SQRM, Volume 15, Numéro 2,  2014, Pages 71-85

« La perception du groove dans la musique funk et ses dérivés : Revue et analyses », Jeanne Doucet, Les Cahiers de la SQRM, Volume 15, Numéro 2, 2014, Pages 87-97

Le conseil d’administration de la SQRM tient à féliciter chaleureusement les auteurs, de même que le rédacteur en chef Jean Boivin et l’équipe des Cahiers pour l’excellence de leur travail!

Pour plus d’information concernant les Prix Opus, nous vous invitons à consulter ce lien.

Publié dans Nouvelles, Publications, sqrm | Commentaires fermés sur Nominations aux Prix Opus

Serge Garant et le genre mélodique : stylistique d’une première maturité

Vendredi 6 janvier 2017, 16h15
Wirth (New Music) Building, McGill University, A-832

527, rue Sherbrooke Ouest
Entrée libre

Mercredi 2 novembre 2016, 19h
Centre de musique canadienne au Québec
1085, Côte du Beaver Hall, suite 200
Entrée libre


Entre 1951 et 1956, Serge Garant (1929-1986) a composé treize pièces pour voix et piano, et à une exception près, ces titres constituent l’entièreté de sa production dans le genre mélodique.[1] Son recours récurrent au texte pourrait s’expliquer par le fait qu’au cours de ces années charnières, il aurait notamment été à la recherche de cadres structurels à l’intérieur desquels développer un langage personnel.

La littérature consacrée à Garant fait correspondre le début de sa maturité à l’écriture des Caprices (1954) [2], sa « première œuvre sérielle »[3], et ces écrits contribuent à renforcer l’idée voulant que le style[4] de Garant soit caractérisé par son emploi du sérialisme. Cette communication démontrera pour sa part que certains traits stylistiques des Caprices se rencontrent en fait dans des mélodies composées dès 1951, certaines étant sérielles, d’autres simplement atonales. Au cours de la présentation, les analyses de quatre mélodies représentatives dégageront les approches compositionnelles communes aux deux idiomes, et illustreront qu’en dépit du langage, les manipulations pratiquées sur différents paramètres demeurent essentiellement similaires. Grâce à ces analyses, on constatera que dès 1951, Garant n’a travaillé qu’avec un nombre restreint de structures d’intervalles, et qu’un intérêt pour les formes combinant harmonie et vecteurs rythmiques s’est dégagé de plus en plus clairement de ses œuvres à partir de ce moment.

Puisque Garant a alterné entre sérialisme et atonalité libre plutôt que d’adhérer strictement à un seul langage, et compte tenu de la nature transversale des stratégies identifiées, il sera finalement possible de nuancer l’adéquation qu’on a par le passé cherché à établir entre sa maturité et son adhésion au sérialisme.

[1] Ces pièces sont les Trois tableaux sonores (1951), Concerts sur Terre I-II (1951), Et je prierai ta grâce (1952), Caprices (1954) et Concerts sur Terre III-V (1956). La mélodie Cage d’oiseau fut composée en 1962.

[2] Marie-Thérèse Lefebvre. Serge Garant et la révolution musicale au Québec. Montréal, Louise Courteau, 1986 ; Serge Provost, « L’œuvre de Serge Garant, ou la musique de la sensibilité secrète », Circuit, vol. 7, n° 2, « Serge Garant », 1996, p. 15-21.

[3] Lefebvre, 1986, p. 47.

[4] Je prends pour point de départ les théories sur le style développées par Leonard Meyer dans son ouvrage Style and Music : Theory, History, and Ideology, (Philadelphie, Presses de l’Université de Pennsylvanie, 1989).

Le texte de cette communication a obtenu le prix SOCAN/MusCan pour la recherche en musique canadienne (texte en français), décerné à l’occasion du congrès 2016 de la Société de musique des universités canadiennes.


Conférence présentée par Paul Bazin, doctorant en musicologie

P1020656Paul Bazin poursuit actuellement des études doctorales à l’Université McGill, où il consacre ses recherches à la musique microtonale du compositeur Bruce Mather et à l’héritage musical d’Ivan Wyschnegradsky. Il est détenteur d’un baccalauréat en chant classique de l’Université de Sherbrooke (2010) ainsi que d’une maîtrise en musicologie de l’Université de Montréal (2013), dans le cadre de laquelle il s’est consacré à l’analyse des mélodies de Serge Garant. Boursier de Bibliothèques et Archives nationales du Québec (BAnQ), de l’Observatoire interdisciplinaire de recherche et de création en musique (OICRM), de l’Université McGill et du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), Paul Bazin a consacré divers textes (revues Circuit et Intersections) et conférences (OICRM, SQRM, SMUC) à la musique des compositeurs québécois de l’après-guerre, en plus de collaborations régulières avec le Centre de musique canadienne au Québec. Au printemps 2016, ses recherches sur Serge Garant lui ont aussi valu le Prix Fondation SOCAN/MusCan pour la recherche sur la musique canadienne. Outre ses activités musicologiques, Paul Bazin est chanteur au sein de l’Ensemble Kô, ensemble vocal montréalais avec lequel il a participé à l’enregistrement de deux albums consacrés aux musiques ancienne et contemporaine, ainsi qu’à la création mondiale de l’opéra The Trials of Patricia Isasa (2016) de la compositrice Kristin Norderval.


schulich-big      CMC QC au QC 2014-2

     MiniLg-Présences-noir-2014  SOCAN Foundation Logo_Outlined

 

Publié dans Conférences, sqrm | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Serge Garant et le genre mélodique : stylistique d’une première maturité