MEMBRES HONORAIRES

SQRM logo couleurs
CELLES ET CEUX QUI ONT MARQUÉ L'HISTOIRE DE LA RECHERCHE EN MUSIQUE AU QUÉBEC

Les membres honoraires de la SQRM

Les règlements généraux de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) définissent les membres honoraires comme suit:

Tout membre ayant rendu à la communauté québécoise des services marquants dans le domaine de la recherche en musique au Québec peut être reconnu membre honoraire par le conseil d’administration. Le membre honoraire ne peut être élu au conseil d’administration. Pour le reste, il jouit de tous les privilèges et prérogatives des autres catégories de membres, y compris le droit de vote. Le membre honoraire ne verse aucune cotisation. 

Le titre de membre honoraire a été décerné à 17 reprises au cours des 44 dernières années.

Louise BailFidèle à la mission de l’ARMuQ à laquelle elle a contribué à fonder avec Irène Brisson, Maryvonne Kendergi, Juliette Bourassa-Trépanier et leurs élèves, elle a œuvré comme musicologue terrain à promouvoir la musique québécoise dans les domaines de l’enseignement et de l’animation pédagogique, de la communication orale et écrite, dans la production audiovisuelle et littéraire, bref dans toutes les avenues de la musique québécoise. 

Depuis qu’elle écrit, elle s’est préoccupée de plonger dans l’imaginaire de musiciens en tentant de conjuguer leur vie et les ressorts de celle-ci sur leurs œuvres : L’Œuvre et les procédés de Claude Champagne (Sorbonne, maîtrise, 1972); La vie, la carrière et l’œuvre de Jean Pineau-Couture (HMH, 1986); Maryvonne Kendergie (HMH, 2002, prix Maxime-Raymond); Arias pour Claude Vivier (Fides, 2014); La Fêlure (roman, Fides, 2016).  

Sa recherche du « biographique » explorée dans Kopernikus, contrepoint imaginaire à trois voix (UQAM, doctorat 2012) trouve sa résolution dans L’Appel du fleuve, une docu-fiction, genre cinématographique, sur le cinéaste-poète Pierre Perrault (à paraître). 

Nommée membre honoraire de la SQRM le 6 décembre 2023.

Jean BoivinProfesseur titulaire de musicologie à l’Université de Sherbrooke jusqu’à l’automne 2022, et dorénavant professeur associé à cette institution, Jean Boivin détient un Diplôme d’études approfondies de l’Université de Paris IV-Sorbonne et un doctorat en musicologie de l’Université de Montréal (1992). Son livre La classe de Messiaen (Paris, Bourgois, 1995) a été couronné de plusieurs prix (finaliste pour le prix du Gouverneur général du Canada, catégorie « Essai » ; Prix du meilleur essai sur la musique du Syndicat professionnel de la critique dramatique et musicale française ; Prix Bernier de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France) et traduit en japonais en 2020 (Tokyo, Artes). Il a participé à plusieurs colloques internationaux et collaboré à divers ouvrages collectifs. Le prix de « L’article de l’année » lui a été décerné par le Conseil québécois de la musique à deux reprises (1999 et 2002). Il prépare une monographie sur l’histoire de la modernité musicale au Québec. La Société de musique des universités canadiennes lui a décerné en 2022 le prix d’excellence de la Fondation SOCAN/MusCan pour l’avancement de la recherche en musique canadienne. Il a été président de la SQRM de 1998 à 2001 et rédacteur en chef des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique de 2013 à 2023, en plus de prendre part ponctuellement à des jurys pour cette association. 

Nommé membre honoraire de la SQRM le 6 décembre 2023.

Musicologue et professeure, Juliette Bourassa-Trépanier est née le 22 février 1918 à Saint-Raymond de Portneuf, près de Québec.  

B.A. (Laval) 1938, B.Mus. (Laval) 1965, D.Mus. (Laval) 1972.  

Elle a débuté des études en musique dès 1961, entreprenant sous la direction de Jacques Hétu des études à l’Université Laval. Rédactrice de textes radiophoniques pour la SRC de Montréal (1960-65), elle a été, à partir de 1970, l’auteure de la plupart des commentaires de concerts et d’émissions musicales enregistrés à Québec par la SRC. À partir de 1971, elle est chargée du cours d’histoire de la musique canadienne qu’elle a inauguré à l’Université Laval. À ce titre, elle a sensibilisé le milieu musical de Québec au répertoire canadien, organisant des concerts, consacrés autant à Antoine Dessane, Rodolphe Mathieu, Émiliano Renaud qu’à Harry Somers. De 1977 à 1980, elle a collaboré à l’inventaire des archives du Séminaire de Québec dirigé par Claude Beaudry. En 1980, elle a participé à la création de l’ARMuQ  (aujourd’hui la SQRM) dont elle a assuré la vice-présidence jusqu’en 1983 aux côtés de Maryvonne Kendergi qui en était alors la présidente. À partir de 1982, elle est, avec Lucien Poirier, codirectrice d’une équipe de recherche de l’Université Laval qui effectue l’inventaire et l’étude des données musicales de la presse québécoise. Les résultats figurent dans le Répertoire des données musicales de la presse québécoise dont le premier d’une série de six volumes est paru à Québec en 1990. Elle a signé de nombreux articles dans des revues canadiennes et des dictionnaires de musique, dont l’EMC, Compositeurs canadiens contemporains et le Dictionnaire de la musique de Marc Honegger (Paris). 

Sophie GalaiseSophie Galaise a été présidente de la SQRM/ARMuQ de 1993 à 1998. Ce fut la plus longue présidence de toute l’histoire de l’organisme. Elle détient un doctorat de l’Université de Montréal, où elle a étudié les écrits et la carrière de Pierre Boulez.

Spécialiste de musique du XXe siècle, elle est l’auteure de plusieurs articles. De 1990 à 1998, elle a fait partie de l’équipe de Circuit, revue nord-américaine de musique du XXe siècle, d’abord en tant que secrétaire de rédaction, puis à titre de directrice administrative. Elle a également coédité avec Jean-Jacques Nattiez, le recueil de textes de Pierre Boulez, Points de repères I, imaginer paru chez Christian Bourgois en 1995. Elle a été chargée de programmes en musique au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) puis directrice générale et artistique du Centre d’arts Orford. Diplômée de l’EMBA McGill-HEC Montréal, sa carrière prend un nouveau tournant alors qu’elle est nommée directrice générale de l’Orchestre symphonique de Québec en 2007 puis de l’Orchestre symphonique de Queensland, en Australie. Elle est présentement présidente et directrice générale de l’Orchestre symphonique de Melbourne.

_______

Publication dans les Cahiers de l’Association pour l’avancement de la recherche en musique du Québec (ARMuQ):

Publications dans les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique:

Élisabeth Gallat-Morin (née à Paris le ) est une claveciniste et une musicologue canadienne d’origine française.

Elle étudie à Montréal de 1948 à 1950. Elle rentre ensuite en France pour se joindre au personnel administratif du Grand quartier général des puissances alliées. Elle revient pour de bon à Montréal en 1955 où elle entreprend des études musicales à l’Université de Montréal à partir de 1965. Tout en perfectionnant sa pratique du clavecin auprès de John Grew, elle développe un intérêt pour la pratique musicale en Nouvelle-France.

En 1978, elle fait la découverte d’un manuscrit de 540 pages consacré à la musique pour orgue. Le manuscrit est depuis connu sous le nom de Livre d’Orgue de Montréal et a fait l’objet de plusieurs enregistrements. Elle consacre sa thèse de doctorat à cette découverte, thèse qui est publiée en 1988.

En 1984, elle publie dans les Cahiers de l’ARMuQ « Jean Girard : premier musicien professionnel de Montréal? ».

En 1993, elle publie une biographie du propriétaire du manuscrit, Jean Girard, un religieux qui l’avait apporté avec lui en 1724. En 2003, elle coécrit un livre portant sur la vie musicale sous le régime français qui remporte un prix Opus. Elle collabore fréquemment à des enregistrements de ce répertoire.

_____

Publications dans les Cahiers de l’Association pour l’avancement de la recherche en musique du Québec (ARMuQ):

Présidente de la Société québécoise de recherche en musique de 1987 à 1989

Présidente de la Société québécoise de recherche en musique de 1985 à 1987

_____

Publication dans les Cahiers de l’Association pour l’avancement de la recherche en musique du Québec (ARMuQ):

Publication dans les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM):

Marie-Thérèse Lefebvre, Ph.D. Musicologie, est professeure associée depuis septembre 2010. Elle a été professeure à la Faculté de musique de l’Université de Montréal et responsable des recherches en musique canadienne, de 1980 à 2010. Elle a occupé les postes de vice-doyenne aux études supérieures de 1993 à 1998 et de doyenne par intérim en 1997. Professeure émérite depuis 2010.

Elle est l’auteure de Serge Garant et la révolution musicale au Québec (Montréal, Éditions Louise-Courteau, 1986), La création musicale des femmes au Québec (Montréal, Éditions du remue-ménage, 1991), Jean Vallerand et la vie musicale du Québec (Montréal, Éditions du Méridien, 1996), Écrits de Rodolphe Mathieu (Montréal, Éditions Guérin, 2000), Rodolphe Mathieu : l’émergence du statut professionnel de compositeur au Québec (Sillery, Éditions du Septentrion, 2005), André Mathieu, pianiste et compositeur québécois, 1929-1968 (Montréal, Éditions Lidec, 2006), Chronologie musicale du Québec (1535-2004) en co-direction avec Jean-Pierre Pinson (Sillery, Éditions du Septentrion, 2009).

Elle a publié de nombreux articles et recensions dans la Revue de musique des universités canadiennes, Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique, Circuit, Les Cahiers des Dix, Mens, Globe : revue internationale d’études québécoises, Recherches sociographiques.

Récipiendaire du Prix Opus du Conseil québécois de la musique dans la catégorie « Livre de l’année » en 1997, 2005 et 2010, et « Article de l’année » en 2009; du Prix d’excellence en enseignement de l’Université de Montréal en 2006, et du Prix Helmut-Kallmann en 2009 pour sa contribution à la recherche et à la documentation musicologiques canadiennes.

Elle est responsable de la section « musique » dans la collection Cahiers des Amériques aux éditions Septentrion, présidente de 1983 à 1985 de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) et depuis s’est vue attribuée le titre de membre honoraire, chercheur régulier du Centre de recherche interuniversitaire en littérature et culture québécoises (CRILCQ), membre associé à L’Observatoire international de la création et de la recherche en musique (OICRM), et membre de la Société des Dix.

Présidente de la Société québécoise de recherche en musique de 1989 à 1991

Musicologue et administrateur d’expérience dans le domaine de la culture, Denis Rivest est membre du Comité de programmation de Radio Ville-Marie depuis 1995 et participe à son Conseil d’administration depuis 2004. Spécialiste en liturgie, il veillera à la conception du Pavillon œcuménique à Expo 67 et écrira la musique pour l’ouverture de celui-ci. Il sera par la suite Directeur régional de l’Est du Québec du Ministère des Affaires Culturelles de 1972 à 1980 et Conservateur du patrimoine musical du Québec à la Bibliothèque nationale du Québec de 1980 à 1993. 

Président de la SQRM (1991 – 1993)

In memoriam

Claude BeaudryClaude Beaudry (1941-2022) 

Claude Beaudry a été conseiller à la documentation en musique à l’Université Laval de 1972 à 2001. Passionné par son domaine, Claude aura contribué à l’avancement des connaissances et des recherches en musique, notamment en étant l’auteur d’un Guide de rédaction des travaux de recherche en musique.  Il aura été organiste titulaire de l’Église Saint-Charles-de Limoilou pendant 27 ans, président des Amis de l’orgue de Québec pendant plusieurs années et nommé membre honoraire de la Société québécoise de recherche en musique en 2003.

Il a assuré la rédaction en chef des Cahiers de l’ARMuQ pour la publication du Cahier 8 (1987), ainsi que la co-rédaction avec Stéphane Willis pour les cahiers 1 (1983), 3 (1984) et 6 (1985).

Pour en savoir plus sur la carrière de Claude Beaudry, nous vous invitons à lire ce magnifique hommage à ce dernier rédigé par Marc-André Roberge en 2003 qui siégeait alors comme administrateur au conseil d’administration de la SQRM.

Ouvrages

Beaudry, Claude (1983). Inventaire des fonds d’archives musicales conservés dans la ville de Québec. Association pour l’avancement de la recherche en musique du Québec, les Cahiers de l’ARMuQ, Cahier 1 – Les actes du premier colloque de l’ARMuQ, p.25-29

BEAUDRY, C. (1988). Catalogue des imprimés musicaux d’avant 1800 conservés à la bibliothèque de l’Université Laval. In J. BECKWITH & F. A. HALL (Eds.), Musical Canada (pp. 29–49). University of Toronto Press. http://www.jstor.org/stable/10.3138/j.ctt15jjf8c.5 

Beaudry Claude, Guide de rédaction de travaux de recherche en musique, Québec, Université Laval, 1993.

John Beckwith, Canadian Composer

Ron Bull/Photo des archives du Toronto Star, Courtoisie du « Toronto Public Library »

Professeur émérite de la faculté de musique de l’Université de Toronto, dont il a été le doyen de 1970 à 1977, John Beckwith a composé plus de 160 oeuvres, dont quatre opéras, de la musique pour orchestre, pour choeur, de la musique de chambre, etc. Il a souvent mis en musique des textes d’écrivains canadiens. Sa restauration de l’opéra-comique de Joseph Quesnel, Lucas et Cécile (vers 1808), publiée en 1992 par Doberman/Yppan, a été présentée en français et en anglais, respectivement en 2000 et 2002. Il a dirigé la Société pour le patrimoine musical canadien, fondée en 1982, qui publie des anthologies de partitions et il a préparé deux ouvrages dans cette importante collection (1986 et 1995). Promoteur infatigable de la musique canadienne, il a publié de nombreux articles et critiques musicales, en plus de concevoir de nombreuses émissions de radio. Il est l’auteur de Music Papers: Articles and Talk by a Canadian Composer, 1961-1994 (Ottawa, Golden Dog Press, 1997), In Search of Alberto Guerrero (Waterloo, Wilfrid Laurier University Press, 2006) et Unheard Of: Memoirs of a Canadian Composer (Waterloo, Wilfrid Laurier University Press, 2012). Membre de l’Ordre du Canada (1987), il a été nommé membre honoraire de la SQRM en 1997 et de la Société de musique des universités canadiennes en 1999. 

John Beckwith, l’éminent compositeur canadien dont la carrière s’étend sur sept décennies, est décédé à Toronto le 5 décembre 2022 à l’âge vénérable de 95 ans (CBC Music, 6 décembre 2022)(1) . 

Articles sur J. Beckwith

(1) CBC Music, 6 décembre 2022. John Beckwith, prominent Canadian composer, dead at 95. [En ligne]

Colton, G. (1998). Review of [John Beckwith. Music Papers: Articles and Talks by a Canadian Composer, 1961–1994. Ottawa: The Golden Dog Press, 1997. xiii, 256 pp. ISBN 0-919614-72-8 (paperback)]. Canadian University Music Review / Revue de musique des universités canadiennes19(1), 86–91. 

Publications dans Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique 

Beckwith, J. (2018). Un manuscrit musical québécois du XIXe siècle : Annales Musicales du Petit-CapLes Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique19(1-2), 129–143. (Parution originale dans Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique, vol. 7, nos 1-2, « Un oeil vers le passé, une oreille sur le présent », décembre 2003, p. 9-22)

Beckwith, J. (1997). « Ruptures ? » : qu’en aurait pensé Garant ?. Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique, 1 (1-2) décembre 1997, 59-64. 

Publications dans Les Cahiers de l’Association pour l’avancement de la recherche en musique du Québec 

Beckwith, J. (1991). Le Lucas et Cécile de Joseph Quesnel: quelques problèmes de restaurationLes actes du neuvième colloque de l’ARMuQ tenu à Toronto du 20 au 22 avril 1990 Québec 1991Les Cahiers de l’ARMuQCahier 13, 1991, 10-28 

Beckwith, J. (1988). Réalisations et projets de l’Institut de musique canadienne. Les actes du sixième colloque de l’ARMuQ tenu à Québec les 8, 9 et 10 mars 1987 publié par Louise Bail Milot, Hélène Garceau et Micheline Vézina-Demers Québec, Les Cahiers de l’ARMuQ, Cahier 10, 1988, 74-81.  

Sources:

  • Panneton, Hélène, 4 juillet 2007. Antoine Bouchard, L’Encyclopédie Canadienne [En ligne]

(1923-2023)

Première musicologue professionnelle de la Province

Sources:

Première présidente de l’Association pour la recherche en musique du Québec de 1980 à 1983 (devenue depuis la SQRM), Maryvonne Kendergi (1915-2011) a joué un rôle significatif dans le domaine de la musique au Canada. Elle a notamment été la première à offrir un cours d’histoire de la musique canadienne à l’Université de Montréal, en plus d’être co-fondatrice et présidente de la Société de musique contemporaine du Québec et une amie des artistes et tout spécialement des compositeurs. Elle a contribué à la scène musicale canadienne en tant que compositrice prolifique. Pédagogue canadienne d’origine française, elle a étudié la composition avec Nadia Boulanger avant de s’installer à Québec en 1941.

Maryvonne Kendergi, présidente de la Société québécoise de recherche en musique (1980-1983)

Crédit photo: Jacques Grenier, Maryvonne Kendergi (23 novembre 1988, bibliothèque de
la Faculté de musique de l’Université de Montréal).
Avec l’aimable autorisation de l’artiste et du Centre de musique canadienne.

Un numéro des Cahiers de la SQRM lui a été consacré: La passion de la recherche (à la mémoire de Maryvonne Kerndergian), Volume 14, Numéro 2, automne 2013.

Sources:

Bail, L. (2012). Maryvonne Kendergi (1915-2011) : hommage et mémoire. Circuit, 22(3), 67–72. https://doi.org/10.7202/1014230ar

Vidéos:

Maryvonne Kendergi interviewée par Denise Bombardier (Rencontres, 1986)

Lucien PoirierEn 1958, il débute ses études en musique au séminaire de Joliette (piano et orgue) puis les continua au Conservatoire de musique du Québec(CMM) avec Bernard Lagacé (orgue) et Kenneth Gilbert (clavecin). Boursier du ministère de l’Éducation du Québec, il poursuivit sa formation en Europe (1969-72) auprès d’Eduard Müller à la Schola Cantorum Basiliensis à Bâle (clavecin) et de Gaston Litaize à Paris (orgue). Il fut organiste titulaire de la cathédrale de Saint-Jean, Québec (1965-69). Professeur à l’Université Laval dès 1966, il y enseigne la musicologie depuis 1972 et fut nommé directeur de son École de musique en 1991. Il a également été chargé de cours à d’autres universités. Il a donné de nombreux concerts et fait des enregistrements d’orgue et de musique de chambre pour la radio de la SRC. Comme musicologue et interprète, il s’était surtout intéressé à la musique du Moyen Âge, de la Renaissance, de J.-S. Bach et ses prédécesseurs immédiats. Il était aussi spécialisé dans l’oeuvre du compositeur contemporain Georges Migot et, sous l’égide de l’Association des amis de l’oeuvre et de la pensée de Georges Migot (1976 -) dont il est membre actif, il a gravé un microsillon consacré à sa musique d’orgue (1978, GM 30002). Il a également édité le Second livre d’orgue de Migot (1979) et De christo de Migot. Il accompagna De christo, oeuvre pour chœur et orgue lors de sa diffusion avec le Chœur de Radio-Canada en 1981. Dans la collection Les Orgues anciens du Québec, il a enregistré (vol. V) des oeuvres de Dandrieu, Zachow, Brahms et Mendelssohn (1979, Alpec A-81033 et 7-RCI 538). 

À partir de 1981, ses recherches et publications ont porté principalement sur la musique canadienne et son histoire, celles du Québec en particulier. Membre des comités de publication et d’administration de la SPMC depuis 1982, il a édité pour cette dernière deux anthologies : le volume IV consacré à l’orgue et les volumes VII et XII consacrés aux chansons sur des textes français. Par ailleurs, la collection de musique pour orgue qu’il dirige aux Éditions Jacques Ostiguy compte 14 cahiers. Mais sa contribution la plus importante réside probablement dans l’inventaire et l’étude des données musicales de la presse québécoise depuis sa fondation (1764), que poursuit une équipe formée principalement d’étudiants de l’Université Laval sous sa direction ainsi que celle de Juliette Bourassa-Trépanier. Les résultats figurent dans le Répertoire des données musicales de la presse québécoise dont le premier volume est paru à Québec en 1990. Il a également collaboré entre autres à l’ EMC et au DBC. 

En 1997, la Société québécoise de recherche en musique le nomma membre honoraire et lui dédia un numéro de ses Cahiers l’année suivante. 

_______

Sources:

Hélène Panneton (2007). Poirier, Lucien. L’Encyclopédie Canadienne [En ligne]

Bellemare, Luc (2011). L’état actuel du projet de « Répertoire des données musicales de la presse québécoise » de l’Université Laval. Centre Mnémo, Volume 13 no 1, Printemps 2011 [En ligne]

Bibliographie 

POIRIER, Lucien, dir. (1987). Le Patrimoine musical canadien, Ottawa, Société pour le patrimoine musical canadien, vol. 7, p. 22-25. 

« Georges Migot et la musique d’orgue », mémoire de M.Mus. (Université de Strasbourg 1972). 

« À propos des oeuvres pour flûte douce de Georges Migot », Carnet musical, XII (juill. 1975).

POIRIER et Réjean POIRIER, « Musique pour orgue », Dictionnaire de la musique : Science de la musiqueII, Marc Honegger dir. (Paris 1976).

« Il Transilvano de Girolamo Diruta. Édition critique du texte original, traduction française, transcription musicale et commentaire de la première partie (1593) », thèse de D.Mus. (Université de Strasbourg 1980). 

« La Désignation sous le titre de Livres d’orgue de deux recueils de musique d’orgue de Georges Migot », L’Orgue, 177 (janv.-mars 1981). 

« L’Art mélodique de Georges Migot et ses rapports avec l’art poétique du Moyen Âge », Études littéraires, XV (avril 1982). 

(Directeur), Répertoire bibliographique de textes de présentation générale et d’analyse d’oeuvres musicales canadiennes (1900-1980), publication no 3 de l’ACBM (1983). 

« Style canadien de musique : mirage et réalité », Cahiers de l’ARMuQ, 3 (juin 1984). 

« Nationalisme et musique au Canada français (1860-1945) », Cahiers de l’ARMuQ, 4 (nov. 1984). 

« La Presse québécoise comme source de documentation de la vie musicale au Québec dans le premier tiers du XVIIIe siècle », Fontes artis musicae, XXXIV (oct.-déc. 1987). 

« La Fortune de deux oeuvres de Jean-Jacques Rousseau au Canada français entre 1790 et 1850 », Musical Canada. 

Georges Migot : Second livre d’orgue (Paris, 1979) 

Le Patrimoine musical canadien, iv : Musique d’orgue I (Ottawa, 1985); vii : Chansons II sur des textes français (Ottawa, 1987); xii : Chansons III sur les textes français (Ottawa, 1992) 

L’une des principales voix autorisées canadiennes en matière de musique, Gilles Potvin (1923-2000) a été décrit comme étant « le gardien et le champion du patrimoine musical du Québec ». Il a travaillé pendant toute sa vie en tant que rédacteur et directeur de collection dans le domaine de la musique, en particulier pour l’Encyclopédie de la musique au Canada en version anglaise et française. Il a également mené une carrière de 42 ans à Radio-Canada en tant que responsable de la discothèque, producteur, conseiller spécial et chef de la production musicale pour Radio-Canada International. Il était membre de l’Ordre du Canada et de la Société royale du Canada et a reçu le Prix de Musique Calixa-Lavallée et la Médaille du Conseil canadien de la musique.

Nous vous invitons à vous procurer le Volume 4 Numéro 1 des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) Hommage à Gilles Potvin: Mélanges sur la musique vocales, sous la direction de Marie-Thérèse Lefebvre.