Orchestration 101

Arrangeur : un métier méconnu. Orchestrateur : un métier encore moins connu ! L’arrangeur qui réduit toutes les parties instrumentales d’un opéra en un accompagnement pour piano doit maîtriser les techniques pianistiques. Pour adapter à l’orchestre symphonique une œuvre destinée originellement à un ou quelques instruments, l’arrangeur devient orchestrateur et il doit, d’une part, connaître les possibilités de tous les instruments d’orchestre (ce qu’on appelle l’instrumentation) et, d’autre part, recomposer à partir des timbres disponibles (ce qui correspond à l’orchestration). Or, à quels défis particuliers l’orchestrateur est-il confronté lorsqu’il crée un arrangement pour orchestre de l’Ave Maria de Schubert, des Rhapsodies hongroises de Listz ou des Gymnopédies de Satie ?

vintage-1318361_1280


Louis Brouillette est titulaire d’un doctorat en musicologie de l’Université de Montréal. Ses recherches ont été publiées dans plusieurs revues nationales et internationales, dont Fontes Artis Musicae, la Revue musicale OICRM, Tréma, la Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique, et il a prononcé des conférences au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Belgique et en Pologne. Membre associé de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique, il est également un membre actif de la Société québécoise de recherche en musique. En plus de sa carrière en musicologie, il mène des recherches dans le domaine de l’éducation. En tant qu’organiste professionnel, il se produit régulièrement un peu partout au Québec en solo et avec divers ensembles.


Le 19 février 2017 à 14 h

Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. Balcon côté Orford

Ce contenu a été publié dans Conférences. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.