Lauréates 2017-2018 du concours de conférences de la SQRM

 

  • Premier prix: Kristin Franseen

L’autonomie musicale et l’expérience des femmes dans l’ouvrage Music and its Lovers de Vernon Lee

Parmi les cas d’étude inclus dans le dernier ouvrage de Vernon Lee, Music and its Lovers (1933), on retrouve une relation intrigante entre le suffrage des femmes d’expérience de l’écoute de la musique instrumentale. Une répondante identifiée simplement comme « La suffragette » rattache directement ses sentiments au sujet de la musique à son activisme, notant que « Je reconnais dans la musique certaines émotions précises évoquant une foule… le grognement que j’ai entendu dans les foules lors de rencontres des suffragettes », et en vient éventuellement à écrire, au sujet de Brahms, que « Je crois que je distingue dans la musique des attributs sexuels secondaires. » Lee écrit que la Suffragette, bien que néophyte en musique, fait preuve de vision en rattachant la musique à ses propres expériences personnelles.

Tandis que les recherches antérieurs ayant porté sur Music and its Lovers (Towheed, 2010 et 2013 ; Mahoney, 2015) se sont essentiellement concentrées sur les sources de Lee et sur des pratiques scientifiques questionnables, ma présentation examine pour sa part la centralité des observations qui, dans les études de cas de Lee, sont formulées par des femmes. Malgré que les répondants de Lee et ses ultimes théories sur l’émotion musicale outrepassent les barrières du genre, les longs extraits relatifs à ses propres expériences accordent une dimension centrale à l’expérience des femmes, en tant qu’auditrices et que chercheuses, à partir de précieuses observations au sujet de l’expérience musicale. En regroupant les études de cas provenant de son propre cercle de femmes, à la fois artistes et intellectuelles, Lee a mis en place une archive importante témoignant de la pensée des femmes au début du XXe siècle au sujet des types spécifiques de la musique, tout particulièrement lorsqu’il est question de compositeurs traditionnellement associés à la masculinité (Brahms) et à la sexualité (Wagner).

(Traduit par Paul Bazin)

  • Second prix: Laura Trottier

Cross-over et démocratisation culturelle : la diversification des programmations de concerts des orchestres symphoniques de Québec et de Montréal

Dans un contexte où l’offre culturelle se fait de plus en plus variée, le milieu de la musique classique a développé différentes stratégies afin de conserver et renouveler son public. L’une d’entre elles est le cross-over, tel que pratiqué par les orchestres symphoniques au Québec. Cette pratique s’est implantée dans les programmations de concerts des orchestres symphoniques de Québec et de Montréal, et semble être devenue un moyen pour le public de renouer avec les institutions de musique classique. Ainsi, le cross-over en musique classique pourrait-il être le reflet des nouveaux rapports de la société québécoise avec ses institutions de musique classique? Pour mener à bien ce projet de recherche, une analyse de l’ensemble des programmations de concerts de l’OSQ et de l’OSM depuis la saison 2000-2001 a été effectuée afin de dresser un réel portrait de la situation. À la lumière des résultats suggérant que le cross-over est maintenant une pratique établie, il s’agit maintenant d’extraire les variantes et les constantes entre la pratique observée chez les orchestres symphoniques de Québec et de Montréal, mise en relation avec les réalités socio-démographiques spécifiques de ces deux orchestres. Enfin, en tenant compte des politiques culturelles au Québec, nous tenterons de déterminer en quoi cette pratique de diversification des programmations de concerts via les concerts cross-over, ayant ainsi un objectif de développement des publics, correspond à une action culturelle menant à la démocratisation de ces institutions symphoniques au Québec. Cette recherche permettra de mieux comprendre le phénomène du cross-over au Québec et quel impact la diversification de l’offre de concerts a sur la démocratisation de la musique classique au Québec, en rapprochant les orchestres symphoniques et le public. Enfin, suite à cette recherche, nous serons en mesure de proposer des facteurs expliquant la forte présence de concerts cross-over en musique classique actuellement.

  • Troisième prix: Emanuelle Majeau-Bettez 

Étranges instruments : un quatuor à cordes va à la rencontre de la sonorité électronique d’Éliane Radigue

Cet exposé analyse la dynamique de la nouvelle collaboration entre la compositrice et pionnière en musique électronique, Éliane Radigue, et le Quatuor Bozzini. Débutant vers la fin des années 1960, la carrière d’Éliane Radigue se caractérise par de très longues œuvres de musique électronique qui semblent de prime abord ne pas changer, et dans lesquelles les micro-oscillations naturelles entre les hauteurs remplacent la rythmique traditionnelle. Depuis 2001, Radigue ne travaille plus qu’avec des instrumentistes et utilise un «processus de composition intuitif» semblable à la «transmission orale de musiques traditionnelles anciennes» (Sonami, 2017). Alors que les quelques intellectuels qui ont fait montre d’intérêt envers la musique de Radigue se sont concentrés sur l’aspect oral de ses compositions (Nickel, 2015), je cherche ici à amener l’analyse au-delà des paramètres formels «non écrits» de sa musique, et explorerai la manière dont la sonorité même d’une pièce de Radigue génère de nouvelles conventions d’interprétation. M’appuyant sur mes notes d’observation et sur les enregistrements des rencontres entre les Bozzini et Radigue, ainsi que sur ma propre correspondance avec la compositrice et le quatuor, j’observerai les moments de grande réaction émotionnelle causés par la sonorité très particulière que demande la musique de Radigue. Ces réactions affectives (de la part de Radigue et du quatuor) révèlent les points de tensions entre les conventions de la musique instrumentale et électronique, et sont indicateurs de moments où les Bozzini réussissent à bien rendre l’esthétique de Radigue. Des spectrogrammes et des enregistrements des tentatives entreprises par les Bozzini seront utilisés dans l’étude de ces points de tension, et démontreront qu’afin de pouvoir jouer avec succès une pièce instrumentale de Radigue, les Bozzini doivent reproduire chaque élément des pièces électroniques de la compositrice; le quatuor à cordes doit se «transformer» en un instrument électronique.

 

 

Calendrier des événements

« 15/08/2018 » loading...
L M M J V S D
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1
2